Logo AHCSA

Mercredi 5 oct 2022

 
Bannière AHCSA
La voix des Satignotes
Coin arrondi
Tout développer Fermer (état antérieur) (tout)
L’Association des Habitants de la Commune de Satigny est une association apolitique qui a pour but principal de promouvoir la qualité de la vie dans la commune. Elle se préoccupe en priorité des problèmes de mobilité, de diminution des atteintes environnementales et d’aménagement du territoire.

Pour adhérer à l’AHCSA, cliquez ici.

Depuis sa création, l’AHCSA a suivi et suit encore de nombreux dossiers concernant Satigny.


Temps à Satigny

Actualités

Extinction nocturne de l’éclairage public

La commune invite la population à une séance d’information publique le 4 octobre à 19h.
Plus d’info.
L’association «Demain Satigny» organise une soirée sur le photovoltaïque le mercredi 12 octobre à 20h30 au restaurant «Autre Chose».

Référendum « Enfouir les déchets, ça suffit! » contre la Loi sur les déchets (LDéchets) (L 1 21)

nouveauLe 2 septembre, le GC a adopté une loi (LDéchets) modifiant la loi cantonale sur la gestion de déchets (LGD). Le projet initial de loi (LDéchets) avait été proposé en juin 2021, soit bien avant le dépôt de l’intiative « Oui au recyclage des déchets non biodégradables ». Par conséquent cette nouvelle loi ne contient aucune des dispositions exigées par cette initiative.
Pour remédier à cette situation, un groupe de citoyens a décidé de s’opposer à la promulgation de cette loi, tant qu’elle n’incluerait pas ces dispositions. Il a donc de formé un comité référendaire composé de Mme et MM. Willy Cretegny, Michel Muller, Anne Penet, Jacques Maire, Florian Dugerdil, Philippe Roch.
Tribune de Genéve du 29 sept. 2022

Loi sur les déchets: le peuple pourrait être amené à trancher

Mandement La loi sur la gestion des déchets, pourtant approuvée par 92 oui et 2 non, fait l’objet d’un référendum. Cinq citoyens de la région de Satigny et de Russin estiment que cette loi, qui vise à valoriser les détritus notamment en rendant le tri obligatoire, est incomplète. Ils lancent ce référendum non pour s’opposer à la loi, mais pour que soit ajouté un article instaurant un tri final des sacs-poubelles avant leur incinération. En retirant en amont des éléments encore présents dans les sacs noirs comme des piles ou de la porcelaine, les mâchefers ne seraient pas pollués par des métaux lourds. Ils pourraient alors être réutilisés au lieu d’être enfouis, comme le souhaite le Conseil d’État, qui projette de créer une décharge dans la région de Satigny. C’est ce qu’explique la référendaire Anne Penet, conseillère administrative à Satigny, qui agit toutefois en tant qu’habitante. Son collègue Willy Cretegny, le vigneron Florian Dugerdil ou encore Philippe Roch sont aussi dans le comité référendaire. Anne Penet précise donc que ce référendum se veut en cohérence avec l’opposition de sa commune au projet de décharge, pas seulement à Satigny mais «où que ce soit».RAR

Texte de la LDéchets, adoptée le 2 septembre, projet de loi déposé le 23 juin 2021.

Feuille de signatures: visionner, télécharger. Délai pour renvoyer les feuilles de signatures: 15 octobre.

Nous voulons tout mettre en œuvre pour réduire le volume et la toxicité des mâchefers.

Il est illusoire de penser qu’avec la loi sur les déchets (LDéchets)(L 1 21) la population triera 100 % des déchets. Je pense malheureusement que seulement 70 % au plus de la population genevoise triera vraiment ses déchets. Le but de la loi de ce tri était d’obtenir un mâchefer sans métaux toxiques (peu de personnes savent par exemple que la céramique contient du plomb hautement toxique) ni batteries, ni polluants de toutes sortes afin d’éviter de devoir construire une immense décharge pour y recevoir 1‘500’000 m³ de mâchefer toxique.

En revanche, nous demandons aux Autorités de changer la loi pour y inscrire qu’il leur incombe d’organiser le tri avant incinération qui permettrait que le mâchefer soit propre et donc utilisable à d’autres fins telles que sous couche sous les routes. C’est la raison pour laquelle nous devons rejeter cette loi qui n’est finalement qu’un cautère sur une jambe de bois.

C’est juste avant l’incinération aux Cheneviers qu’il faut faire le tri des déchets. C’est pour cela que je vous invite à signer ce référendum. Pensez à nos enfants et petits-enfants.

Michel M Muller, membre du comité Référendaire, Président de l’AHCSA

Signez le RÉFÉRENDUM

L’initiative « MACHEFERS » a recueilli 10’286 signatures

oui au recyclage
Suite à la large mobilisation de la population contre le projet cantonal d’enfouissement des mâchefers, l’UDC, largement soutenue par les autorités communales et aussi l’AHCSA, a lancé une initiative « OUI au recyclage des déchets non biodégradables ». Les 10’286 signatures ont été déposées à la Chancellerie le 28 juillet.
Le comité de l’AHCSA est heureux de ce large soutien et espére que le débat qui en découlera conduise à l’adoption de solutions non pas imposées, mais acceptées largement par une population sensibilisée aux questions de l’environnement et à la recherche de solutions consensuelles durables. Il espére un très large soutien des Verts en adéquation avec les valeurs qu’ils défendent.
 
dépositaires
 
Sous le titre: "La justice met en pause le projet de décharge à Satigny", le 18 août, le quotidien « 20 minutes » publie une information:
en savoir +
GENÈVE:

La justice met en pause le projet de décharge à Satigny

L’Etat voulait mener des investigations pour sonder le sol, sans tenir compte des recours déposés. Il devra attendre que le tribunal statue.

Coup d’arrêt pour le projet de décharge à Satigny. Le gouvernement genevois ne pourra pas mener les investigations en vue de la construction du site destiné à stocker les mâchefers. Alors que agriculteurs et élus communaux s’opposent à ces analyses, l’Etat voulait sonder le sol sans tenir compte des recours. Mais la justice l’a stoppé dans son élan, rapporte «Léman Bleu». Le Conseil d’Etat devra donc attendre que le tribunal statue.

En mars dernier, les géologues du canton s’étaient rendus à Satigny pour démarrer les sondages. Sans succès. Face à la détermination des opposants présents sur place, ils avaient dû rebrousser chemin. Trois mois plus tard, le Département du territoire avait ordonné aux habitants de tolérer les investigations. Ce sera finalement à lui d’être patient. En attendant, les résidus de déchets non brûlés du bout du lac continueront d’être envoyés dans le Jura.

5G, Swisscom dépose une demande d’autorisation pour une antenne à la route de Charny

Une demande de Swisscom a été déposée le 13 janvier concernant la « Transformation d’une installation de communication mobile existante - installation d’un nouveau mât ».
plan de situation
extrait plan
tract de 5G moratoire pour la Suisse
tract
L’AHCSA a envoyé une lettre d’observation, accompagnée de 93 signatures.
Lire l’article dans LT du 14 avril.

5G, Swisscom dépose une demande d’autorisation pour une antenne au centre du village

En avril 2020, Swisscom (pour le compte de Sunrise) avait déposé une demande d’autorisation de construire une station de base au chemin de Merdisel n° 13. L’AHCSA avait envoyé une lettre de remarques. Suite au refus du DT, ce projet a été abandonné.
A la place, Swisscom prévoit l’implantation d’une antenne 5G au centre du village, à la route d’Aire-la-Ville 224. La commune préavise défavorablement. L’AHCSA envoie une lettre de remarques et d’observations, dans laquelle, outre les considérations techniques, elle dénonce ce projet vu sa proximité avec l’Omnibulle et l’EMS.
Lire la lettre de remarques | Vues d'implantation du projet.
Signal zone de rencontreSignal zone 30

Zones 20 et 30 km/h sur la Rte du Mandement / Rte d’Aire-la-Ville, réaction d’habitants et réunion publique

Des habitants de la commune ont adressé une lettre d’observations aux autorités communales (CM), aux candidats aux récentes élections communales ainsi qu’aux associations de la commune. L’AHCSA recueille volontiers d’autres réactions qu’elle fera suivre aux autorités et/ou, le cas échéant, qu’elle publiera sur son site.
Lire cette lettre. Lire également sur le même sujet plus bas sur cette page.
À cette lettre le Groupe politique « Assemblage » a réagi.
Conformément à l’« Ordonnance sur les zones 30 et les zones de rencontre », §6, le Canton, respectivement la Commune, est tenu à vérifier dans un délais d’une année si les objectifs ont été atteints.
extrait de la loi fédérale

Art. 6

L’efficacité des mesures réalisées doit être vérifiée après une année au plus tard. Si les objectifs visés n’ont pas été atteints, il y a lieu de prendre des mesures supplémentaires.
Un article similaire se trouve dans la loi cantonale (LZ30), §6.
Sur son compte facebook, l’AHCSA a recueilli un nombre important de réactions critiques sur les dispositions appliquées à ces zones. Un condensé de ces réactions sera publié sur ce site et les autorités communales en seront informées. L’AHCSA constate que la propagande électorale, liée à la campagne actuelle, est très discrète sur ce sujet.
L’AHCSA se battra pour que l’évaluation de ces zones soit effectuée conformément aux textes légaux en respectant les délais qui y sont indiqués.
Mme et M Aebischer envoient ce
mail à l’AHCSA
Madame, Monsieur, membres de l’AHCSA et du groupe "Assemblage",

Par le présent mail, nous faisons suite au courrier adressé par le groupe "Assemblage" à notre attention ainsi qu’à celle de l’AHCSA, consécutif à notre interpellation des autorités communales au sujet des aménagements routiers dans le village de Satigny.

Nous sommes très heureux de constater que nos observations sont sur le fond partagées par un grand nombre d’habitants. De même, il est rassurant pour le futur de la commune d’apprendre que des élus politiques s’engagent à poursuivre et concrétiser les aménagements en zone 20 et 30.
Pour notre part, nous répondons donc favorablement aux différentes propositions contenues dans ce courrier, à savoir:
l’organisation d’un débat publique, par le biais de l’AHCSA, auquel nous participerions avec plaisir, pourquoi pas le 7 ou 8 mars comme évoqué. Un tel débat devrait faire l’objet d’une bonne communication auprès de la population, et donc être confirmé prochainement. De même, il serait bienvenu, à notre sens, de convier directement les autres groupes politiques participant aux élections prochaines. Nous en profitons pour vous indiquer que le groupe "Alternative" a aussi répondu favorablement à notre premier courrier.
notre audition devant la commission municipale ad hoc. Nous vous signalons avoir de même reçu une proposition de rdv prochain auprès des conseillers administratifs et du président du Conseil municipal.

Nous espérons que les membres de l’AHCSA répondront de même favorablement à ces propositions, afin notamment que l’organisation d’un débat public puisse se faire dans un délai pertinent avant les prochaines élections.

En vous remerciant, et avec nos meilleures salutations,

Gaspard Aebischer
Kataline Masur Aebischer

Courriel reçu le 3 février 2020
Une page retraçant la réunion publique du 2 mars 2020 peut être appelée ici.
L’administration communale convoque l’AHCSA ainsi que d’autres associations et particuliers à participer à un atelier de réflexion sur l’amélioration des zones 20/30 le 7 octobre 2020.
Elle invite ces mêmes participants à prendre connaissance des résultats de cet atelier au cours d’une rénion tenue le 9 juin 2021.
Elle invite ces mêmes participants à un atelier participatif sur le terrain en présence du bureau d’ingénieurs trafic RGR le 20 septembre 2021.
Le 22 février 2018, le GC a rejeté l’initiative « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport » et adopté le principe de l’élaboration d’un contre-projet.
Lire l’article dans la TdG du 23 février 2018 et le billet d’humour dans la TdG du 24 février 2018.
Sur «ordre» du CE, le GC a décidé de repousser à 2019 la votation sur l’initiative.
L’AIG publie son rapport de développement durable 2018. En page 32, on peut y lire des informations sur le bruit:
UN PLAFONNEMENT DU BRUIT
L’empreinte sonore du trafic aérien est représentée par des courbes d’exposition au bruit superposées sur une carte du territoire. Les courbes de bruit sont calculées conformément à la législation suisse et représentent le trafic aérien réel de l’année écoulée, aux différentes périodes de la journée. Le trafic nocturne est pondéré lourdement dans les calculs, de sorte à refléter la gêne accrue que représentent les mouvements d’avions en fin de soirée.
L’étendue des courbes de bruit s’est accrue ces dernières années, en raison notamment d’une augmentation des
mouvements nocturnes. L’engagement pris dans le cadre du PSIA consistant à plafonner le bruit pour les années à venir dès 2019 représente à cet égard une inversion de la tendance.
Un premier train de mesures est à l’étude et leur implémentation planifiée. Ces mesures consistent notamment à gérer de manière efficiente les retards après 22 heures, fixer des critères de performance acoustique pour les avions long-courriers qui opèrent après 22 heures et, plus globalement, inciter les compagnies aériennes à opérer à Genève les avions de dernière génération. Les compagnies aériennes,
qui sont les acteurs les plus importants de l’évolution attendue, sont pleinement impliquées et participent à l’effort.
Genève Aéroport œuvre à sensibiliser les opérateurs à l’environnement urbain de l’aéroport, en particulier, au cours des discussions préalables à l’ouverture d’une nouvelle ligne et dans les négociations avec les compagnies aériennes sur les redevances aéroportuaires. La problématique des nuisances sonores dues au trafic aérien pour les populations riveraines est intégrée aux discussions.
Voir le site de la sur le sujet.
Dans sa séance du 14 novembre 2018, le Conseil fédéral a adopté la fiche du plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) pour l’aéroport de Genève. Voir site du Conseil fédéral.
Le même jour, dans un communiqué de presse, la CARPE dénonce un mépris de la procédure de consultation et une mise en danger de la population.
Le 28 février 2019, le GC a traité cette initiative. La majorité a décidé qu’un contre-projet, vidant entièrement la substance de l’initiative, lui fera concurrence. Lire l’article de la TdG, Lire le communiqué de presse de la CARPE du 19 février 2019.
En période de déconfinement, CARPE exige dans un document de nouvelles règles du jeu.

Mise en zone 30 et zone de rencontre du village de Satigny

Les autorités communales ont tenu à préciser certaines règles importantes de comportement des usagers dans les zone 30 km/h et 20 km/h, créées récemment dans le village de Satigny.
en savoir +

Mise en zone 30 et zone de rencontre du village de Satigny

Débutés en mars 2018, les travaux d’aménagement de la zone 30 km/h du village de Satigny, ainsi que le reprofilage des routes cantonales du Mandement et de la Gare-de-Satigny avec du revêtement phono-absorbant, se sont terminés cet automne.

Priorités dans les zone 30 et zone de rencontre
La mise en zone 30 km/h et/ou zone de rencontre implique la priorité de droite sur les carrefours. Cependant, les routes cantonales du Mandement et de la Gare-de-Satigny, affichant jusqu’à 10’000 véhicules par jour, ont été conservées comme voies prioritaires.

Par conséquent, les routes y débouchant sont réglementées par des STOP, « Cédez le passage » ou « trottoirs traversants ».

Ces derniers sont nouveaux à Satigny et sont situés sur la route du Mandement au niveau du chemin du Jarlot et de la route d’Aire-la-Ville.

Mise en zone 30

Il est important de noter que les « trottoirs traversants », qu’ils soient situés dans une zone 30 ou non, indiquent que le véhicule qui le franchit n’a pas la priorité, ni de droite, ni sur les piétons qui s’y trouvent.

Quant à la zone de rencontre de la route d’Aire-la- Ville, ouverte à la fin du mois d’août 2019, les dernières touches d’aménagements paysagers ont été réalisées cet automne avec les diverses plantations et la disposition de mobilier urbain.

L’objectif de la zone de rencontre est de diminuer le trafic motorisé et d’abaisser sa vitesse pour créer un espace de convivialité dédié aux piétons et à la vie de village.

Les relevés des radars pédagogiques permanents installés aux entrées de la zone 20km/h depuis sa mise en service enregistraient une vitesse moyenne de 25 km/h et une diminution du trafic journalier de 50%, soit de 600 véhicules par jour (versus 1’200 véhicules par jour avant travaux).

Les zones 30 et zones de rencontre sont soumises, par les lois en vigueur, à la réalisation d’un bilan un an après sa mise en service, conformément à l’ordonnance fédérale sur les zones 30km/h et les zones de rencontre.

L’efficacité de la modération du trafic sera vérifiée et des observations sur le comportement des automobilistes, des comptages de trafic et des relevés de vitesse seront effectués sur l’ensemble du village. Suite à ces contrôles, des mesures complémentaires ou des adaptations éventuelles seront étudiées si nécessaire. Ce bilan sera exécuté en septembre 2020.

Extrait du logo Satigny en clair n°62, page 14 du 15 décembre 2019

 

© AHCSA 2010 — 2022 Info cookies   Facebook